Vous êtes ici

Block title
Block content

Des innovations solidaires: un nouveau modèle de gouvernance?

Contexte
Ce dossier est le résultat d’un travail de plusieurs mois qui a été réalisé par sept étudiants de Sciences Po Grenoble en master Ingénierie et Gouvernance de l’Action Publique à la demande de l’Institut de Recherche et débat sur la Gouvernance (IRG) dans le cadre d’un partenariat avec l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble. L’objectif était d’ouvrir un travail de caractérisation des innovations locales en matière de solidarité à partir d’expériences identifiées (voir les 7 fiches de cas en annexe) dans l’agglomération grenobloise.

Sujet
La solidarité est le « ciment de la cohésion sociale » (E. Durkheim) dans un groupe. La solidarité publique est portée par les politiques de cohésion sociale des États Providence. Les solidarités privées se sont développées dans les années soixante-dix en réponse aux manques de la première. Pourtant aucune des deux ne parviennent à répondre de manière systématique aux besoins toujours croissants et de plus en plus diverses de solidarité. Bien plus, elles sont toutes deux porteuses d’effets induits négatifs et ne parviennent à assurer la cohésion sociale que de manière indirecte. Si la refonte du système de solidarité est à repenser dans l’interaction entre les dynamiques publiques et privées cela ne suffit pas. Il faut repartir des besoins et des réponses innovantes apportées dans le cadre de nouvelles solidarités développées au niveau territorial pour répondre à la question « de quelle(s) solidarité(s) les populations ont-elles besoin aujourd’hui ?  D’où l’importance de ce travail de caractérisation des nouvelles solidarités qui se poursuivra au sein de l’IRG pour ensuite mieux comprendre comment ces nouvelles solidarités interrogent les solidarités publiques et informent potentiellement leurs transformations.

Synthèse
Cette étude souligne que les nouvelles solidarités ont pour but premier de répondre à des besoins auxquels les solidarités publiques et privées traditionnelles ne répondent pas, ou de façon inadaptée. Elles visent en outre, par leur gouvernance, à participer au changement de vision de la société. En effet, elles se caractérisent davantage par une nouvelle manière d’envisager les besoins, plus globale et transversale, que par de nouveaux besoins. Surtout, c’est la manière de construire la réponse à ces besoins, autour d’une gouvernance collaborative, qui « labellise » ces nouvelles solidarités. Les nouvelles solidarités se singularisent par un fort aspect de théorisation d’un nouveau modèle de société inscrivant ces initiatives dans un schéma de pensée politique qui place la personne au cœur. Les initiatives s’inscrivent donc dans une espace de réflexion plus large que leur objet même, avec la vocation d’une réappropriation des outils politiques et économiques. Elles proposent donc en alternatives au modèles existants une transformation du champ de la solidarité posant directement la question du rôle et de la place des institutions publiques.

Caractéristiques
Les besoins fondant les nouvelles solidarités :

  • ce sont des besoins directement exprimés par les bénéficiaires mais très souvent ils résultent d’une initiative ;
  • ce sont des besoins transversaux à la fois concrets et symboliques : entretenir des liens sociaux de proximité avec plus d’horizontalité ; changer de regard ; porter un projet politique commun et se sentir actif dans la société ; offrir un service de qualité aux bénéficiaires.
  • Les réponses apportées par les nouvelles solidarités se caractérisent par une gouvernance :
  • collaborative (autonomie, empowerment, mise en commun, adaptabilité) ;
  • pérenne et permettant le changement d’échelle (approfondissement, diversification, déploiement géographique, diffusion par la fertilisation, coopération, fusion).


Schéma extrait du rapport

Ces initiatives de solidarité privée, sont innovantes sur deux points majeurs : les besoins qu’elles soulèvent, et leur gouvernance collaborative (Types d’innovations). Ces besoins sont divisés entre des besoins matériels précis, et une série de besoins plus transversaux (Types de besoins). La gouvernance collaborative elle, se décline en différentes Modalités de gouvernance, des grands principes qui guident la réflexion des initiatives. Enfin ces modalités de gouvernance, renvoient à des Concepts opérationnels, des concepts plus précis qui permettent de décrire la façon d’agir des initiatives. Les besoins étant parfois à la base des modalités de gouvernance, ils apparaissent reliés sur le schéma. 



Type de rapport: 
Rapport d'étudiants